Au Québec, dans les grandes villes, les gens abandonnent de plus en plus l’idée de vivre dans une maison. Alors que le concept était pratiquement inexistant il y a quelques décennies, les promoteurs immobiliers se sont lancés récemment dans une course folle à la construction de condominiums. Pour ceux qui proviennent de régions éloignés, il reste difficile d’identifier toutes les implications qui découlent de l’achat d’un condo (le nom usuel utilisé) dans une grande ville.

Aujourd’hui, nous décrirons les caractéristiques principales de ce type de propriété, de sa taille jusqu’à sa gestion inhabituelle.

Une vision purement économique

L’article a été inspiré par le blogue Au meilleur taux, une ressource financière et immobilière, qui a publié au http://aumeilleurtaux.net/condo-condominium-quesako.php une analyse économique de l’industrie immobilière au Québec. Si vous êtes venus ici pour savoir si c’est le bon moment pour acheter un condominium, nous vous référons donc à leur article. Sinon, restez avec nous!

Copropriété

Définition de base

Quand on parle d’un condominium, on parle également d’une copropriété. C’est un peu comme un appartement dont vous vous portez acquéreur: la taille variera généralement entre 3.5 et 5.5 pièces (sauf dans le cas de condos plus luxueux), à la différence que les condos sont rarement aussi anciens que les appartements qu’on tente de vous louer.

Le condominium est régit par un syndicat de copropriété: c’est un syndicat qui gère l’ensemble de l’immeuble et qu’on pourrait qualifier de personne morale. Il se charge de gérer l’entretien des aires communes de l’immeuble grâce aux charges que doivent défrayer les copropriétaires de l’immeuble; nous traiterons de ce sujet un peu plus tard.

Les rôles et responsabilité du syndicat

En premier lieu, le syndicat de copropriété a le devoir de s’assurer que l’immeuble est entretenu de façon régulière et qu’il est bien construit. Si des vices cachés sont découvert, c’est lui qui devra intenter des poursuites envers le promoteur immobilier, les entrepreneurs ou les autres professionnels qui ont participé à sa construction.  En plus, son conseil d’administration aura la charge de statuer sur des décisions de la vie courante. Par exemple, si la charte de copropriété – les règles à suivre – mentionne que les animaux sont interdits et qu’un des habitants de l’immeuble souhaiterait acquérir un chien-guide pour l’aider à vivre malgré son handicap, le conseil pourra approuver ou refuser l’exception. Bien sûr, l’assemblée des copropriétaires, donc tous les gens qui ont acheté un condo, va ensuite valider les choix qu’a fait le conseil.

Si vous ne payez pas les charges communes, sachez que le pouvoir du syndicat est tel que celui-ci peut déposer une hypothèque légale sur votre condominium! Le syndicat a également le pouvoir d’autoriser – ou de bloquer – les rénovations majeures qui devraient avoir lieu dans votre unité.

Les charges communes, c’est quoi?

Vous devez savoir que les habitants d’un condominium n’ont pas que la valeur de la propriété à payer. En plus, chaque mois, ils doivent payer pour qu’un certain nombre de services leur soit offert. Par exemple, les charges serviront à déneiger les entrées et à tondre la pelouse pendant l’été. Le ménage des aires communes sera aussi effectué par un concierge rémunéré via les charges communes. Enfin, des réparations majeures ou des modifications à l’immeuble seront aussi séparées entre les copropriétaires via ce système.

Frais de copropriété

Parfois, les frais peuvent augmenter de façon inattendue.
Source: Dessin du caricaturiste Chaunu

On dit que les charges communes sont payées sous un principe de valeur relative: celui dont le condominium a une valeur plus élevé que son voisin devra payer des frais plus importants de son côté.

Cet article a été vu 412 fois depuis le 10/10/2017 !