Un jardin japonais est réalisable aussi bien sur une grande surface que dans une petite cour.

Il doit remplir une condition essentielle: s’intégrer intimement à la maison d’habitation. Il doit servir de lien entre ce qui est naturel et ce qui est construit par les humains. L’une de ses principales qualités est la simplicité.

Les jardins japonais permettent de goûter sereinement la beauté des lignes et des masses. Il ne visent ni à rassembler des collections abondantes de plantes variées ni à faire ressortir des successions de couleurs, comme le font les jardins à l’anglaise; ils ne recherchent ni la symétrie ni l’équilibre architectural, comme les jardins à la française.

Proportions et perspectives

jardin japonaisCe sont les montagnes, les collines, les lacs, les chutes d’eau, qui ont fourni l’inspiration des jardins traditionnels de ce pays. La plupart occupent de faibles superficies, et l’on épargne aucun effort pour créer l’illusion de l’espace et de la distance.

Les rocailles tiennent une place importante dans les jardins japonais. Des pierres plates diversement arrangées forment des chemins. Généralement on trouve un ruisseau ou un lac en miniature, ou les deux à la fois , et parfois une cascade. Il se peut encore que le jardin ne comporte ni buttes, ni lac, ni cours d’eau, car on parvient à les représenter habilement au moyen de cailloux, de surfaces gazonnées, de gravier et de sable grossier. On ratisse le sable ou le gravier pour qu’il présente des dessins superficiels imitant l’aspect mouvant d’un cours d’eau.

Dans la mesure du possible, les plantes utilisées appartiendront aux espèces japonaises. Parmi les plus courantes on trouve les azalées les camélias les bambous les érables, cèdres et cyprès  du japon.

Crédit photo : http://www.sxc.hu/photo/946170

Cet article a été vu 626 fois depuis le 10/10/2017 !