Tout savoir sur la VMC simple ou double flux

Saviez-vous que l’air à l’intérieur de nos habitations est souvent de moindre qualité que l’air extérieur ? Le bâtiment en lui-même, les objets qui le composent ainsi que les divers produits d’entretiens que nous utilisons sont source de polluants. Il est donc important que nos maisons soient équipées de systèmes de ventilation performants.  

Tout savoir sur la ventilation mécanique contrôlée simple ou double flux

Qu’est-ce que la ventilation mécanique contrôlée ?

La ventilation mécanique contrôlée, abrégée VMC, s’oppose à la ventilation naturelle dite VN. La ventilation naturelle ne fait intervenir aucun ventilateur. L’air se déplace donc de lui-même à travers les inétanchéités du bâtiment, les arrivées d’air, les ouvertures de transferts ou encore, simplement, à travers portes et fenêtres ouvertes. Cependant, depuis plusieurs années maintenant, la législation belge oblige les propriétaires à renforcer isolation et étanchéité. Dès lors, la ventilation naturelle ne suffit plus à garantir un air qualifié de sain. Il est donc impératif de se tourner vers la ventilation mécanique contrôlée.

Une ventilation à simple ou double flux ?

Il existe principalement deux sortes de ventilation mécanique contrôlée : la VMC simple ou la VMC double flux. L’une ou l’autre dispose de plusieurs avantages. Outre alimenter l’habitation en air de bonne qualité et évacuer en parallèle l’humidité, elle permet également de limiter les déperditions de chaleur. En effet, il n’est dès lors plus nécessaire d’aérer manuellement, soit en ouvrant vos fenêtres : une belle économie d’énergie.

Il existe une différence principale entre ces deux types de ventilation. Le principe de la VMC simple est le suivant : le système de ventilation fait circuler l’air entre les différentes pièces de la maison. Si cet air entre de manière naturelle à travers les grilles de ventilation, il en ressort toutefois de manière mécanique au travers de bouches d’extraction. En ce qui concerne la VMC double flux, l’air frais est aspiré de manière mécanique pour passer dans un échangeur de chaleur où il est préchauffé avant d’être expulsé dans l’habitation. L’air, une fois pollué, « vicié », est alors aspiré, lui aussi mécaniquement, envoyé vers ce même échangeur de chaleur avant d’être expulsé vers l’extérieur. Ce passage à travers cet échangeur permet de récupérer près de 95% de la chaleur de l’air pollué dans le but de réchauffer l’air entrant. Résultat : plus aucune perte de chaleur puisque l’air est renouvelé sans refroidir l’habitation.

Alors, ventilation mécanique contrôlée simple ou double flux ?

Cet article a été vu 287 fois depuis le 10/10/2017 !